Agents de protection des cultures ou pesticides

Posted on 12 min read

Pesticides ou produits phytosanitaires – les pesticides chimiques sont interdits en agriculture biologique. Dans l’agriculture conventionnelle, ils sont considérés comme la seule solution pour maintenir la sécurité alimentaire de l’humanité. Les avis sont partagés sur ce sujet. Il n’est donc pas si facile de se faire sa propre opinion sur l’utilisation des pesticides. Cet article a pour but de te donner un meilleur aperçu de la question et de considérer les pesticides de la manière la plus holistique possible.

Que sont les pesticides ?

Tout d’abord, une brève introduction. Les pesticides sont toutes les substances composées d’ingrédients chimiques ou biologiques qui sont utilisées pour repousser les maladies comme les champignons ou les parasites des plantes. Les pesticides peuvent être utilisés aussi bien comme “produits phytosanitaires” dans les champs que comme biocides (désinfectants, raticides, etc.) dans le stockage, le transport ou la transformation des aliments (Swiss Food 2021 «Le bio se passe de pesticides.»).

Ingrédients actifs des pesticides

Il existe des centaines d’ingrédients actifs de pesticides. Elles sont divisées en groupes en fonction de l’organisme cible à combattre. Les quatre groupes élémentaires sont les suivants :

  • Insecticides,
  • fongicides,
  • acaricides et
  • herbicides.

Malheureusement, les insecticides ne sont souvent pas seulement dirigés contre les insectes nuisibles, mais sont aussi dangereux pour les insectes utiles, notamment les abeilles. Les fongicides sont utilisés contre les champignons, les acaricides sont des biocides pour lutter contre les acariens et les tiques. Les herbicides ont les plus grands effets sur les plantes. Le mode d’action est spécifique aux différents groupes d’organismes.

Les herbicides, par exemple, interfèrent avec le métabolisme de la plante. D’autres substances stimulent les plantes pour qu’elles poussent davantage. Le professeur Dr. Johann Zaller, écologiste à l’Université des ressources naturelles et des sciences de la vie de Vienne, décrit cette stimulation comme suit : “Les plantes se développent alors virtuellement jusqu’à la mort.” (Podcast mit Prof. Dr. Johann Zaller-Ökologe an der Boko in Wien- Hör` mal wer die Welt verändert ‎„Hör mal wer die Welt verändert“ auf Apple Podcasts 2021, source allemande).

Dans l’agriculture biologique, on part du principe que les effets des pesticides sont nocifs pour l’environnement et ne sont pas non plus sains pour le consommateur final des produits agricoles. Pourtant, c’est un fait que les agriculteurs suisses les utilisent encore beaucoup. C’est pourquoi le sujet reste brûlant depuis des années – chez les consommateurs, la demande de denrées alimentaires produites de manière durable est de plus en plus forte. Cette demande est-elle justifiée ?

Quels sont les arguments en faveur de l’utilisation de pesticides ?

Augmentation de la demande de nourriture à l’avenir

L’un des arguments les plus importants en faveur de l’utilisation de pesticides sur la route vers “Éliminer la faim | World Food Programme” est que la nourriture doit être produite de manière efficace.

L’agriculture biologique, où l’utilisation de pesticides n’est pas autorisée, utilise plus de terres que la production agricole conventionnelle. Cette dernière est plus efficace grâce à l’utilisation de pesticides.

D’ici 2050, la population mondiale atteindra presque 10 milliards de personnes. Pour pouvoir produire suffisamment de nourriture à partir d’une production 100 % biologique d’ici là, il faudrait jusqu’à 81 % de terres supplémentaires. C’est ce qu’a calculé l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL – FiBL Suisse). D’énormes zones forestières devraient être défrichées afin de fournir suffisamment de terres arables. C’est un argument important utilisé pour justifier l’utilisation de pesticides.

Contenir les mauvaises herbes envahissantes et les espèces d’insectes exotiques

D’autres avis affirment également que les pesticides contribuent même à la préservation de la biodiversité à bien des égards. La logique qui sous-tend cette affirmation est la suivante : les herbicides peuvent, par exemple, débarrasser le sol des mauvaises herbes envahissantes qui supplantent de plus en plus les espèces végétales indigènes. Cela signifie qu’il n’est pas nécessaire de labourer davantage et que les organismes du sol tels que les vers de terre sont épargnés dans le processus.

Un autre argument connexe est que l’imperméabilisation du sol due à la construction intensive est la principale cause de la perte de biodiversité et que l’agriculture a donc un impact beaucoup plus faible sur la biodiversité. L’impact positif des pesticides sur la biodiversité est même souligné, dans la mesure où l’utilisation efficace des terres cultivées est considérée comme une conservation des sols (Swiss Food 2021 «Le bio se passe de pesticides.»).

Les insecticides peuvent également stopper la propagation d’espèces d’insectes exotiques qui, autrement, deviennent endémiques et menacent la biodiversité indigène.

Mais à quel point ces arguments sur l’utilisation des terres et la biodiversité sont-ils valables ? Car il existe aussi des arguments contre l’utilisation des pesticides.

Quels sont les arguments contre l’utilisation des pesticides ?

Empoisonnement d’insectes essentiels

L’un des contre-arguments les plus importants est également très logique et contredit l’argument en faveur des pesticides qui dit qu’ils favorisent la biodiversité. L’utilisation empoisonne également les sols et les insectes (environ 80 % des insectes depuis 1980 !) qui ne devraient pas être anéantis, ce qui contribue considérablement à la perte de biodiversité (Bio-Company Magazine octobre 2019).

source : Farmy 2020

Poison pour les humains et les animaux

Les insectes qui sont nuisibles aux plantes ne sont pas les seuls à pouvoir être blessés par les pesticides. Les oiseaux, les amphibiens, les coléoptères, les papillons, les pollinisateurs tels que les abeilles et les bourdons et même les mammifères individuels peuvent également être blessés par les poisons également connus sous le nom de pesticides. Via la chaîne alimentaire, les poisons sont absorbés par les animaux et peuvent les rendre très malades (ProNatura 2021 Stop aux pesticides dans notre environnement!).

Mais le chemin des pesticides ne s’arrête pas là non plus. Les pesticides peuvent même pénétrer dans l’organisme humain via les aliments et l’eau potable. Des études antérieures rapportent que 0,4 ‰ par kilogramme de pesticides appliqués pénètre dans notre organisme par le seul biais des aliments. Si cette valeur est multipliée par le nombre de substances actives appliquées en Suisse chaque année, cela signifie que chaque Suisse consomme en moyenne au moins 10 grammes de poison par an.

Ce qui est encore plus dévastateur, c’est lorsque les gens entrent en contact direct avec les pesticides. Les pesticides sont soupçonnés de provoquer des maladies, dont le cancer. En France, la maladie de Parkinson est reconnue comme une maladie professionnelle chez les agriculteurs qui ont utilisé les pesticides de manière plus intensive. Les personnes les plus directement touchées par les maladies causées par les pesticides sont les agricultrices ou les ouvriers agricoles qui appliquent ces produits chimiques de manière répétée et souvent sans protection. Mais d’autres personnes et écosystèmes proches des zones agricoles y sont également exposés (Public-Eye 2021 Les pesticides extrêmement dangereux).

source: Weingut Besson-Strasser 2020

La portée des pesticides

Les pesticides dans l’air

À eux seuls, les agriculteurs suisses pulvérisent 2 000 tonnes de pesticides sur leurs champs chaque année. En moyenne, cela représente plus de cinq tonnes par jour. Ces pesticides ne restent pas sur les champs.

Pendant la saison chaude, ce qu’on appelle la “dérive” se produit : l’humidité s’évapore du champ – et avec elle les pesticides. Ils sont ensuite transportés plus loin dans les couches d’air supérieures (Bündnis für eine enkeltaugliche Landwirtschaft 2021 Studien – Enkeltauglich Bio, source allemande).

Greenpeace Suisse a analysé dans quelle mesure cela se produit. Au total, 13 substances actives fongicides différentes, sept substances actives herbicides et trois insecticides ou acaricides différents ont été détectés dans l’air suisse (Greenpeace Schweiz 2020 Pesticides dans l’air en Suisse – Greenpeace Schweiz).

source: Tilsiter 2020

Pesticides dans les eaux souterraines

Un autre canal de dispersion des cocktails de pesticides chimiques est le sol, c’est ainsi qu’ils se retrouvent dans les eaux souterraines. Depuis les eaux souterraines, ils s’écoulent également dans les rivières ou les lacs. Les organismes vivants des plans d’eau sont ainsi privés de leurs moyens de subsistance, car l’équilibre écologique de leur habitat est perturbé.

Dans une étude, l’Institut de recherche de l’Eawag et le Centre Ecotox ont conclu que les cours d’eau suisses contiennent des concentrations excessives de résidus de pesticides, bien au-delà des niveaux maximums légalement autorisés (ProNatura 2021 Stop aux pesticides dans notre environnement!).

Cependant, surtout ces dernières années, l’agriculture suisse a déjà fait beaucoup pour réduire l’utilisation des pesticides et la rendre plus écologique et efficace. Un aspect important de la réglementation de l’utilisation des pesticides est la classification des pesticides.

Les bons et les mauvais pesticides

Pour différencier davantage l’opinion, il faut ajouter qu’il existe des pesticides naturels et chimiques :

Les pesticides vont des :

  • micro-organismes (virus, bactéries, champignons) et
  • macro-organismes (nématodes, arthropodes) jusqu’à
  • substances actives sans organismes vivants et
  • pesticides biologiques,
  • phéromones identiques à celles de la nature,
  • substances d’origine naturelle et
  • substances inorganiques comme le kaolin, le soufre et le cuivre.

Ainsi, les effets des pesticides ne sont pas non plus les mêmes. Alors que certaines substances sont soupçonnées de provoquer des maladies chroniques, d’autres ont une toxicité aiguë et sont immédiatement mortelles (Public-Eye 2021 Pesticides: La conclusion de l’ONU).

Les pesticides hautement dangereux (HHPs) sont des produits “qui sont reconnus comme présentant des risques aigus ou chroniques particulièrement élevés pour la santé ou l’environnement”. Dès 2006, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) et l’OMS (Organisation mondiale de la santé) ont établi la définition ci-dessus et des critères d’identification précis pour les “pesticides extrêmement dangereux”. Cependant, les substances ne sont pas encore répertoriées. Mais c’est exactement ce qui serait important pour tirer des conclusions et interdire certaines substances (Public-Eye 2021 La liste noire des pesticides).

Tant que nous sommes sur le sujet de la classification des pesticides, il faut aussi dire que l’Union Européenne et la Suisse produisent une grande quantité de pesticides dont l’utilisation n’est pas autorisée sur leur “propre sol”. Néanmoins, les entreprises agrochimiques comme Syngenta, basée à Bâle, parviennent à exporter des pesticides vers des régions où la réglementation sur les pesticides est plus faible, comme l’Afrique, l’Amérique du Sud ou l’Asie (PublicEye 2021 Pesticides interdits: l’hypocrisie de l’Union européenne).

L’un de ces pesticides s’appelle le paraquat et est hautement toxique. Syngenta est le plus grand exportateur de pesticides non autorisés dans l’UE, suivi de BASF et Bayer. Un exemple de pesticide encore largement utilisé dans ce pays et très controversé est le glyphosate.

Le glyphosate

Le glyphosate est l’herbicide le plus utilisé dans le monde (Global 2021 Glyphosat, source allemande). Plus précisément, c’est un herbicide systémique à large spectre ou total. Cela signifie qu’il est mortel pour toutes les plantes, c’est pourquoi il est souvent pulvérisé avant les semis. Systémique signifie qu’il est pulvérisé, absorbé par la plante et ensuite distribué dans les tissus de toute la plante.

source: Adobe Stock

Le pesticide le plus connu est également soupçonné de provoquer diverses maladies. L’OMS suppose que le glyphosate est cancérigène et peut contribuer à des malformations chez les nouveau-nés. Cependant, la science n’est pas encore parvenue à un consensus à ce sujet. En outre, il est soupçonné de limiter la capacité de reproduction.

Même si le glyphosate n’est pas classé comme un “pesticide très dangereux”, il est clair qu’il tue non seulement les plantes arables mais aussi de nombreuses plantes sauvages et nuit ainsi à l’environnement. Le nectar ou le pollen est perdu, ce qui signifie que les insectes qui absorberaient le pollen n’ont plus de nourriture et déclinent. Le glyphosate est généralement interdit pour l’agriculture biologique.

Les pesticides sont également utilisés dans l’agriculture biologique

Bien que le glyphosate soit interdit, les pesticides sont également utilisés dans l’agriculture biologique (l’agriculture biologique ainsi que l’élevage biologique) – avec des restrictions.

Dans l’agriculture biologique, les pesticides chimiques et les engrais artificiels ne sont pas autorisés selon le label biologique européen – l’agriculture écologique va plus loin et prend en compte le rythme naturel de l’ensemble de l’écosystème. Dans les deux cas, seuls des organismes naturels et vivants, et non des pesticides chimiques, peuvent être utilisés.

Les pesticides sont aussi utilisés dans l’agriculture écologique, surtout pour les cultures spéciales comme les fruits, la vigne, les légumes et les pommes de terre. Environ 40 % des pesticides vendus en Suisse sont également autorisés pour l’agriculture écologique. Le choix des pesticides est toutefois limité aux organismes vivants et aux substances d’origine naturelle ainsi qu’aux substances inorganiques individuelles (FiBL 2019, source allemande). Le soufre, le cuivre et l’huile de paraffine, par exemple, sont également utilisés dans l’agriculture écologique (Swiss Food 2021 «Le bio se passe de pesticides.»).

Dans l’agriculture écologique, la prévention des maladies par des mesures culturales comme la rotation des cultures, la fertilisation, le travail du sol ou le choix des espèces et des variétés est toujours au premier plan. Mais si des maladies surviennent malgré tout, les agriculteurs biologiques doivent aussi recourir à des produits phytosanitaires.

source: Bächlihof 2016

État de la recherche et perspectives

Un des problèmes de la recherche sur les pesticides est que seuls quelques organismes sont étudiés dans les études d’homologation. L’Office fédéral de l’agriculture et l’Office fédéral de l’environnement sont les institutions principales lorsqu’il s’agit d’approuver les pesticides pour le marché suisse. Les substances ne sont pas vendues tant que les études en laboratoire n’ont pas été concluantes.

Cependant, c’est l’industrie des pesticides elle-même qui mène et évalue les études. L’examen critique des substances actives par l’industrie des pesticides est donc largement absent – il faut ici plus de transparence dans les procédures d’approbation (Pronatura 2021 Stop aux pesticides dans notre environnement!). Cependant, il existe des initiatives dans le paysage politique, comme l’Initiative pour l’interdiction des pesticides ou l’initiative pour l’eau potable (en savoir plus ici), qui remettent en question de manière critique la question.

Alternatives aux pesticides

Les mesures alternatives et préventives pour la propagation des maladies comprennent des systèmes de culture conçus de manière diversifiée ainsi que des rotations de cultures, une agrobiodiversité fonctionnelle et des variétés robustes ou résistantes utilisées dans l’agriculture biologique.

De même, les méthodes de diagnostic modernes pour la détection précoce des parasites basées sur des analyses biologiques moléculaires, des capteurs ou des caméras haute résolution en font partie.

La disponibilité de technologies innovantes est cruciale pour la poursuite du développement de la protection durable des cultures. Il peut s’agir par exemple de produits phytosanitaires basés sur des organismes de biocontrôle nouvellement découverts, de nanotechnologies, de nouvelles méthodes de sélection, mais aussi de machines innovantes (par exemple des robots) – le mot clé est ici “agriculture de précision” (source allemande) – ce qui est très bien expliqué dans l’article lié de notre producteur Juckerfarm (FiBL 2019, source allemande).

source: Adobe Stock

Conclusion

Après une large recherche sur le sujet controversé de l’utilisation des pesticides, on peut résumer : il vaut mieux être prudent avec l’utilisation des pesticides et trouver des alternatives quand c’est possible. Dans des cas individuels, et aussi en fonction du pesticide, il faut peser le pour et le contre de l’application d’un pesticide.

Ni l’agriculture conventionnelle seule, ni l’agriculture biologique seule ne semblent être la solution. Sans l’agriculture conventionnelle, la population mondiale ne pourra pas être facilement nourrie à long terme, à moins de trouver des mesures alternatives. Cependant, l’utilisation intensive de pesticides n’est certainement pas la bonne solution.

Pour éviter que l’utilisation de produits chimiques et de toxines ne devienne trop importante, il est important de maintenir les limites de pesticides dans les sols et les aliments aussi basses que possible. Il est clair que l’utilisation de pesticides n’est probablement pas nécessaire dans l’intensité où elle est actuellement pratiquée.

Une approche pour s’en sortir avec moins de pesticides peut être la culture mixte, par exemple. Ici, les plantes s’entraident pour lutter contre les parasites et favorisent ainsi la biodiversité.

Au final, il est clair que le consommateur peut avoir son mot à dire sur l’utilisation généralisée des pesticides en achetant des produits. Une expansion des fermes biologiques est certainement encore possible, mais il faut d’abord que la demande soit là pour que les coûts de la conversion puissent être couverts.

Actuellement, la part de marché des produits biologiques est de 10 % – elle pourrait être portée à 30-50 %. L’agriculture écologique est également plus économe en énergie, produit moins d’émissions de gaz à effet de serre, a un impact positif sur les sols et la biodiversité, et présente donc moins de fluctuations de rendement (Ökolandbau.de 2021, source allemande), car le système est plus résilient. Compte tenu du changement climatique, c’est un facteur important pour la sécurité alimentaire.

J’espère que cet article t’a donné un bon aperçu, qui t’aidera à affiner ton opinion sur le sujet des pesticides.

Chez Farmy, nous veillons à ce que la plupart des produits que nous vendons ne soient pas traités avec des pesticides chimiques : la plupart des produits de Farmy proviennent de sources locales et de producteurs d’aliments biologiques qui évitent l’utilisation de pesticides. En outre, Farmy minimise le gaspillage alimentaire grâce à son système logistique sophistiqué sans longues périodes de stockage. Avant tout, nous pouvons nous rapprocher de l’objectif “zéro déchet” grâce à une manipulation plus consciente des aliments.

What do you think?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 × five =

No Comments Yet.