L’élevage “en plein air” – Qu’est-ce que cela signifie réellement ?

Posted on 9 min read

“En réalité, c’est assez simple – je me demande juste ce que j’aimerais en termes de liberté.”

Esther Vock de Wendelinhof sur l’élevage

Des œufs frais pour les œufs brouillés pour le matin, des cervelas pour le soir : en cherchant ces ingrédients, tu as probablement rencontré des termes tels que “agriculture biologique”, “agriculture en plein air”, “agriculture d’étable”, “élevage en grange”, entre autres, en faisant tes courses. Ces termes indiquent le type d’élevage de l’animal en question et fournissent des informations sur ses conditions de vie et son bien-être.

Mais quelle est la différence ?

En général, l’élevage en grange (ou en étable) est la forme d’élevage la plus rentable, dont les exigences minimales sont fixées dans l’ordonnance suisse sur la protection des animaux. En revanche, l’élevage en plein air (ou pâturage) offre aux animaux de ferme un cadre de vie qui répond mieux à leurs besoins naturels que l’élevage en étable.

C’est là qu’interviennent les programmes de soutien de la Confédération, qui doivent motiver les gens à aller au-delà du minimum légal en matière de protection des animaux : alors que BTS signifie “besonders tierfreundliche Stallhaltung” (logement particulièrement respectueux des animaux), RAUS signifie “regelmässigen Auslauf im Freien” (exercice régulier en plein air). Pour autant que ces programmes soient réalisés par les propriétaires d’animaux, ces derniers sont récompensés par des contributions financières. Les dispositions de ces programmes visent à garantir aux animaux des conditions de vie aussi appropriées que possible à leur espèce afin qu’ils puissent satisfaire au mieux leurs besoins naturels.

Mais à quoi ressemble exactement l’élevage des animaux en Suisse ? C’est ce que nous allons illustrer ci-dessous à l’aide de trois espèces animales.

L’élevage porcin

Le porc est l’un des animaux les plus intelligents et il est connu pour sa nature extrêmement sociable et curieuse. C’est pourquoi ils aiment rester en groupes plus importants et préfèrent explorer leur environnement. Malgré cela, la plupart des porcs d’engraissement en Suisse sont élevés dans des étables, où la loi n’exige que 0,9 m² d’espace par animal. Et dans la plupart des cas, ils ne pourront jamais mettre leurs sabots dehors. Il n’est donc pas surprenant que ces conditions de vie entraînent souvent des troubles du comportement chez les porcs. Ce n’est que dans l’élevage en plein air, qui leur offre plus d’espace et un exercice quotidien adapté à l’espèce, que les porcs peuvent satisfaire leurs besoins naturels : se vautrer dans la boue, creuser dans le sol et manger. Pour y parvenir, les règles de “plein air” pour les porcs exigent plusieurs heures par jour de pâturage ou d’errance en plein air et un accès permanent à une aire de repos. En outre, la BTS impose aux éleveurs de porcs de recouvrir l’aire de repos avec de la paille longue ou du roseau chinois et de l’équiper d’une source de lumière d’au moins 15 lux.

Élevage de bovins

Pour les bovins qui, dans des conditions naturelles, sont principalement occupés à paître et parcourent plusieurs kilomètres par jour, on distingue l’élevage en étable et celui en pâturage. La première n’offre cependant à ces animaux de 500 kilos que trois mètres carrés d’étable, ce qui ne leur laisse guère de place pour se déplacer. En revanche, les bovins des étables conformes à la réglementation BTS disposent de plus du double d’espace. Cela dit, le bétail gardé à l’intérieur ne profitera probablement jamais du soleil et de l’air frais, ce qui signifie qu’un élément clé du bien-être des animaux fait défaut. Le programme RAUS exige des éleveurs de bétail qu’ils fournissent au moins 26 jours par mois de pâturage extérieur ou d’exercice dans une cour d’exercice entre le 1er mai et le 31 octobre.

Élevage de poulets

Dans leur habitat naturel, les poulets préfèrent gratter l’herbe, picorer des grains, se baigner dans le sable et profiter du soleil. Cependant, la vie quotidienne des poules/poulets de grange ou de poulailler est un peu différente : selon le système d’élevage, on peut y élever entre 7 et 17 poulets par mètre carré. Hormis ces conditions d’exiguïté dans le poulailler, il n’y a pas d’espace extérieur disponible pour les animaux. Cela signifie que leurs besoins naturels ne peuvent pas être satisfaits. Toutefois, si les éleveurs de poules pondeuses participent au programme BTS, les poules disposent également d’un jardin d’hiver, c’est-à-dire d’un espace couvert et aménagé devant le poulailler où elles peuvent sortir. Par ailleurs, les poules élevées en plein air doivent non seulement satisfaire aux exigences de la BTS, mais doivent également bénéficier quotidiennement d’un accès libre aux pâturages, dont les règles sont fixées dans le programme RAUS. Selon ces règles, chaque poule pondeuse en liberté a droit à 2,5 m² de pâturage. Et bien que l’élevage en plein air représente une amélioration significative dans l’élevage des poulets, il est encore souvent associé à l’élevage industriel. En revanche, l’élevage biologique en plein air est considéré comme le plus strictement réglementé de tous les modes d’élevage et offre aux animaux la meilleure qualité de vie avec au moins 5 mètres carrés de pâturage par poulet. Ils vivent dans des fermes biologiques certifiées en petits groupes et se nourrissent d’aliments de haute qualité issus de l’agriculture biologique. En outre, il n’est pas permis de faire paître plus de 5 poules par mètre carré dans un poulailler biologique.

L’élevage en plein air sur le Wendelinhof

Pour en savoir plus sur l’agriculture en libre parcours, nous avons parlé à Esther Vock de Wendelinhof.

Vos volailles sont en en plein air. Qu’est-ce que cela signifie exactement pour vous, ainsi que l’élevage respectueux des animaux ?
Pour nous, l’élevage respectueux des animaux signifie que les animaux peuvent satisfaire leurs instincts naturels : picorer, gratter, se déplacer librement, avoir des relations sociales les uns avec les autres. Cela demande également beaucoup de travail – pendant l’engraissement, nos oiseaux mangent l’herbe, ce qui signifie que le poulailler doit être déplacé, de sorte que rien ne puisse être installé de façon permanente. En outre, nous les nourrissons et faisons la litière à la main plutôt que mécaniquement.

Cela semble être beaucoup de travail ! À quoi ressemble exactement votre routine quotidienne ?
Le matin, nous laissons les oiseaux sortir pour s’ébattre au lever du soleil. Je vérifie que tout soit en ordre dans la grange : si un renard ou une martre y a passé la nuit, si les animaux sont en bonne santé, s’ils se blottissent ou non sur le sol. Nous nourrissons ensuite les animaux, mais seulement à l’intérieur de la grange – à l’extérieur, il y a beaucoup d’herbe pour qu’ils puissent manger. Ensuite, nous la recouvrons d’herbe pour qu’ils aient de la paille propre. Ma règle de base : il faut toujours que ce soit assez propre pour que vous puissiez le faire avec des pantalons propres ! Ce n’est qu’à ce moment-là que c’est vraiment propre. Et le soir, nous fermons à nouveau. En été, les journées sont particulièrement longues : nous nous levons et commençons à 4h30 et nous fermons à 22h00. Cela s’accompagne bien sûr de peu de sommeil.

Et comment ça se présente en hiver ?
Alors la procédure est exactement la même, sauf que les jours sont plus courts parce qu’il n’y a pas autant de lumière. L’hiver, nous avons plus de travail avec nos vaches, car elles vivent dans les étables. Cela signifie que nous devons les nettoyer et les nourrir plus fréquemment. Mais nos oiseaux peuvent aller dehors en hiver, donc rien ne change pour eux.

Pour revenir à la question de l’élevage en plein air, votre ferme est certifiée KAGfreiland. Quelles sont ses exigences exactes ?
Pour cela, vous devez d’abord disposer du Bourgeon de Bio Suisse. Ensuite, il s’agit de savoir s’il y a suffisamment de place pour les animaux, s’il y a suffisamment d’enclos libres à l’extérieur et si les étables sont vraiment plus grandes que les étables classiques de l’agriculture biologique. En outre, les tailles d’engraissement sont plus petites. Par exemple, dans le cas des poulets, on peut garder au maximum 400 animaux par unité d’engraissement. De plus, les animaux doivent disposer d’une plus grande surface disponible.

Vous n’utilisez pas d’antibiotiques. Que se passe-t-il si l’un de vos animaux tombe malade ?
La première étape consiste à identifier un animal malade par une observation régulière. Nous le traitons ensuite d’abord avec des globules homéopathiques ou une huile d’origan, qui est bonne pour la digestion. Mais en fait, nos oiseaux tombent rarement malades : nous n’avons pas eu de problème depuis 12 ans. La principale raison pour laquelle les oiseaux sont malades est qu’ils sont gardés exclusivement à l’intérieur où de l’ammoniac est utilisé – nous n’en utilisons pas du tout. Cependant, si un oiseau est vraiment malade, nous avons la possibilité de le soulager par un abattage d’urgence.

Mais dans quelle mesure l’élevage en plein air est-il vraiment meilleur? Pourquoi devrions-nous choisir de la viande et des œufs provenant de l’élevage en plein air plutôt que de l’élevage en étable ?
Je pense que les consommateurs devraient réfléchir à la façon dont ils aimeraient vivre eux-mêmes. Préféreraient-ils un abri antiaérien où ils seraient enfermés avec 2000 autres personnes ? Ça pue, on devient agressif, on commence à s’embêter et à s’ennuyer… Ou bien voudriez-vous pouvoir sortir, vous déplacer où vous voulez et vous faire plaisir en participant à des activités sociales ? En réalité, c’est assez simple – je me demande juste ce que j’aimerais en termes de liberté.

Des labels biologiques qui vont plus loin

Le Wendelinhof d’Esther est certifié par KAGfreiland et Bio Suisse Bourgeon. Ces labels et certificats biologiques suisses garantissent un niveau de bien-être animal encore plus élevé que les méthodes d’élevage présentées jusqu’à présent. En général, ils prévoient un élevage adapté à toutes les espèces animales – y compris l’exercice ou le pâturage, l’interdiction des caillebotis et des cages (exclusivement) et l’utilisation préventive d’antibiotiques.

  • KAGfreiland est le label le plus strict de Suisse – il n’est attribué qu’aux exploitations qui traitent leurs animaux d’une manière réellement adaptée à l’espèce. Cela inclut également l’abattage décentralisé et le soulagement des animaux des voies de transport douloureuses. Les directives relatives à l’élevage des animaux comprennent l’exercice quotidien, une alimentation biologique naturelle sans additifs artificiels ainsi que des règles spécifiques en fonction de l’espèce animale.
  • Demeter est synonyme de production biodynamique et fait partie des labels les plus stricts. L’objectif est que les animaux d’élevage puissent se comporter conformément à leur nature. Plus précisément, un label Demeter garantit que l’animal a été élevé selon son espèce. Cela signifie qu’ils ont eu beaucoup d’espace et d’exercice, une vie plus longue et se sont nourris exclusivement d’aliments biologiques. De plus, son bec et ses cornes ne pouvaient pas être raccourcis.
  • Les directives de Bio Suisse Bourgeon sont axées sur le développement et la préservation de la nature et de l’environnement. Cela signifie que les animaux sont élevés et nourris d’une manière particulièrement adaptée à leur espèce. Cela inclut un environnement diversifié avec un exercice régulier en toutes saisons et plus d’espace que dans l’élevage conventionnel. De plus, ils peuvent vivre plus longtemps que d’habitude et sont nourris avec des aliments biologiques adaptés à leur espèce.
  • Bio Bourgeon est synonyme d’économie durable, de traitement respectueux des animaux et de la nature, de renoncement aux produits chimiques et aux additifs et matières auxiliaires fortement réglementés. Les mêmes conditions que celles de Bio Suisse Bourgeon s’appliquent à ce label. La seule différence : Les produits Bio Bourgeon obtiennent plus de 10 % de leurs matières premières de l’étranger. C’est pourquoi la “Suisse” est absente de ce Bourgeon.

Chez Farmy, nous veillons à ce que la majorité de nos produits à base de viande soient certifiés biologiques, KAGfreiland ou Demeter ou proviennent de Suisse. Nous ne faisons aucun compromis en ce qui concerne notre viande – seules les meilleures coupes et les plus fraîches doivent parvenir à nos clients. C’est pourquoi nos règles les plus strictes sont les suivantes : transparence, bien-être des animaux et origine régionale. Nos boucheries conventionnelles, Heinzer et Metzgerei Keller, sont des entreprises traditionnelles de bonne réputation, qui accordent de l’importance à la régionalité et à la qualité. En outre, Heinzer abat toujours ses propres animaux, ce qui est aujourd’hui très rare.

What do you think?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

sixteen + two =

No Comments Yet.