Notre producteur : Obrist

Posted on 4 min read

Nous avons rendu visite à l’un de nos producteurs de vin Obrist. Nous avons rencontré Léonard Pfister, œnologue chez Obrist depuis 2018, qui travaille dans l’entreprise depuis 2009. Il est chargé de toutes les vinifications et il nous a donné un aperçu de comment l’entreprise fonctionne.

Obrist est une entreprise familiale fondée à Vevey en 1854 qui produit, vinifie et revend du vin. Les fondateurs avaient toujours voulu posséder des vignes, mettre en bouteille et faire de la livraison des vins directement chez les clients. Le premier domaine de l’entreprise a été acheté à la Cure d’Attalens en 1896. 

Aujourd’hui, Obrist est toujours basé à Vevey. Ils élaborent la plupart de leurs crus dans leurs propres caves de Vevey, au Clos du Levant, cave principale depuis 1909. L’entreprise possède une seconde cave de vinification à Aigle. Dans leur maison de production à Vevey se trouvent de nombreuses barriques traditionnelles. Celles-ci sont encore utilisées aujourd’hui et forment une liaison entre la tradition et la technologie. 

Anciennes barriques dans la Cave du Clos du Levant à Vevey

À côté de leurs propres vignes et domaines, Obrist joue le rôle de découvreur de grands vins issus du monde entier et commercialise ses crus auprès de la gastronomie, des revendeurs spécialisés et de la clientèle particulière. L’entreprise commercialise environ 3 millions de bouteilles par année. Une grande partie de leurs collaborations se font avec l’hôtellerie, la restauration et les cafés (HoReCa).

“Notre force de livraison va jusqu’à déposer les bouteilles chez les clients. C’est là-dessus qu’on insiste beaucoup car c’est ce qui nous différencie de la concurrence.”

À ce jour, Obrist emploie un peu moins d’une centaine d’employés, 30 femmes et 60 hommes, tous secteurs confondus. Lors de la saison des vendanges, 5 employés supplémentaires sont recrutés afin d’aider sur la production à la cave.

Le respect de la nature au cœur de l’entreprise

Obrist est présent sur tout le canton de Vaud, principalement sur le Chablais et le Lavaux, où ils travaillent 83 hectares de vignes, ce qui est beaucoup. Ils achètent également des raisins dans ces régions pour fournir ses propres marques.

Cette entreprise viticole est très sensible au respect de l’environnement et à l’écologie. La grande majorité de leurs parcelles sont difficiles d’entretien. De ce fait, ils ne peuvent pas travailler la terre autant qu’ils le souhaiteraient et ne peuvent donc pas être accrédités en bio. Comme nous l’a dit Léonard Pfister :

“On travaille toutes nos vignes en production intégrée, donc dans un respect maximum, même sans être dans le bio. Chaque geste qu’on fait à la vigne doit être réfléchi pour ne pas porter conséquence à une autre plante.”

Léonard Pfister vérifie la qualité de ses vignes en regardant les feuilles.

De nombreux défis auxquels il faut faire face

Au niveau de la vigne, le principal défi auquel Obrist fait face est le changement du climat. Pour eux, le changement se voit dans les variétés de cépages qu’ils ont plantées ces dernières années. Auparavant, ils n’avaient pas l’habitude de produire du Merlot, du Cabernet ou du Syrah. Maintenant, ce sont des cépages qui se portent bien sur leurs terrains, à cause du changement climatique.

Les variations des températures sont également problématiques lorsqu’il fait soudainement très chaud ou au contraire très froid suivant les saisons. De temps à autre il y aussi des longues périodes de sécheresse ou des périodes de pluies intenses. Toutes ces circonstances amènent certains changements et adaptations à mettre en place dans la production. “Heureusement qu’on a des cépages comme le Chasselas qui supportent ces variations de climat !” 

Au niveau œnologique, il est crucial de toujours rester attentif aux changements des attentes des consommateurs. Le but étant de respecter la tradition et constamment suivre le goût du consommateur. Obrist essaie beaucoup de méthodes pour finalement trouver l’idéal de production suivant les produits pour les commercialiser. Par exemple, ils produisent également des vins sans sulfites ajoutés. Le sulfite dans les vins est un ingrédient très important pour la stabilité. Il est plus facile de faire des vins rouges sans sulfite car les polyphénols protègent naturellement le vin. Toutefois, Obrist teste de faire également des vins blancs sans sulfite, ce qui demande la mise en place de certaines technologies.

Au niveau de la livraison, il faut également faire de plus en plus attention. Obrist s’occupe de toutes les livraisons à leurs clients. De nos jours, les consommateurs ne souhaitent plus commander en grandes quantités et sont attentifs aux efforts écologiques. C’est pourquoi, cette entreprise n’utilise plus de gros camions mais plutôt des petits camions plus mobiles et plus écologiques.

Un partage de valeurs

Obrist et Farmy partagent de nombreuses valeurs en ce qui concerne l’importance des produits du terroir, le respect des matières premières et de la nature. Une collaboration entre eux semblait donc très intéressante. Toutefois, pour Obrist, effectuer des livraisons quotidiennes représentait un obstacle conséquent. Heureusement, ils ont su trouver un accord convenable aux deux partis : Farmy a accepté de stocker une grande partie des vins d’Obrist dans leur locaux. De ce fait, les clients Farmy peuvent tout de même avoir accès aux vins proposés par Obrist en tout temps. Cette solution permet également à l’entreprise viticole de ne pas effectuer des trajets journaliers non nécessaires, ce qui est plus écologique.

What do you think?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

4 × three =

No Comments Yet.